Arcanum Sanctus

Nous sommes le Lun 24 Sep 2018 10:53



Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 3 messages ] 
Auteur Message
 Sujet du message: Rayàn Sidiel : BG
MessageMessage posté...: Jeu 6 Aoû 2015 15:44 
Avatar de l’utilisateur

Allié
Inscription: Lun 29 Déc 2014 22:12
Messages: 283
Hors ligne

Background :

Rayàn Sidiel, fils unique né en l’an 8 d'une "erreur" d'un soir entre un démoniste et une prêtresse, a passé son enfance entre les Carmines et Elwynn. Garçon au fort tempérament, c'est sa mère qu'il l'a élevé. Enfant, Rayàn était plein d'énergie et toujours fourré dès qu'une connerie pouvait se faire.

A 15 ans, n’en pouvant plus, sa mère le plaça dans entre les mains de l’Eglise où il suivit une formation de prêtre.
En totale opposition avec les principes de la Lumière et la vision étroite des évêques, le jeune homme quitta cette voie dès ses études terminées. Il fit ensuite ce que toute personne sans un sous en poche ferait, il s’engagea à 18 ans dans l’armée d’Hurlevent.

Il fut envoyé en Outreterre et y resta pendant 2 ans, combattant dans la péninsule des flammes infernales, la vallée d’Ombrelune et les Tranchantes. Il participa entre autres au début de l'attaque sur le Temple noir.
C’est cependant dans les Tranchantes que le jeune prêtre fut emprisonné avec toute sa troupe par les ogres de Flèchelame. Après être resté enfermé pendant presque 4 jours sans nourriture. Rayàn et ses camarades furent lâchés dans les arènes pour le plus grande plaisir de la foule locale.

Le jeune Sidiel fut le seul à survivre, il réussi à s’échapper une nuit suite à l'inattention de ses geôliers.
Dégouté de l’armée pour « l’avoir laissé, lui et son unité, crevé sans aucune aide et secours dans les arènes », Rayàn retourna en Azeroth et commença à fréquenter les bars de jeux et des individus peu recommandables.

Endetté de toute part Rayàn n’eu d’autres choix que de retourner combattre dans les arènes pour satisfaire ses créanciers. Ses compétences en magie divine, rare dans le milieu, attiraient parieurs et curieux lors de ses escarmouches. Rayàn se fit rapidement un nom et monta de plus en plus haut dans le classement.

Son partenaire de galère se nommait Aleas, un guerrier elfe qui devint son premier et dernier réel ami.
A 23 ans, Aleas et Rayàn, surnommé « Ray » par la foule, étaient des gladiateurs reconnus et adulés. L’époque du Cataclysme remplit les arènes, la populace ayant besoin de se détendre et d’oublier la désolation.
Le prêtre fut une des plus jeunes personnes à obtenir le titre de « Gladiateur », signifiant qu’il se trouvait dans l’élite des combattants.

Mais alors qu’il avait tout, fortune, femmes, renommé, Rayàn fut embarqué dans une polémique de matchs truqués.
Lors de son dernier combat d’arène, le jeune humain vit son ami Aleas se faire tuer. Drogué à son insu, ce dernier tomba paralysé et l’équipe adverse ne se priva pour lui régler son compte et prendre l’avantage. Fou de rage, Rayàn se transforma pour la première fois en ombre et terrassa d’une seule incantation l’un de ses ennemis. Le troll qui avait exécuté Aleas n’avait pas eu cette chance. Rayàn le tortura jusqu’à la mort devant un public médusé et horrifié.

Ce match mit fin à sa carrière de gladiateur et de célébrité il passa au statut de paria. Plusieurs cartels mirent sa tête à prix suite à la polémique des matchs truqués et Rayàn disparu simplement des radars.
Des rumeurs parlent du retour de « Ray ». Après 2 ans sans avoir été vu, il semblerait qu’il soit en Draenor à la recherche d’un certain ordre, l’Arcanum Sanctus.


Texte d'intro :

Comme chaque lendemain de cuite, Rayàn se releva en sursaut de son lit. Il saisit sa dague sous son oreiller et balaya la pièce de tous les cotés pour se situer. L’humain soupira, il était à l’auberge de Bouclier-des-Tempêtes et en sécurité.
Il reposa la tête sur son oreiller, le regard dans le vide a essayé de se rassembler ses souvenirs de la veille. Il tapota son lit, la kaldorei avec laquelle il avait passé la nuit était partie. L’humain se leva en sursaut et alla vérifier son sac. La marchandise y était toujours. Visiblement, ce coup d’un soir ne lui avait rien volé : « Ca devient rare les gens honnêtes de nos jours » pensa t’il.

Rayàn se massa le front assis sur son lit et décida de se lever. Il se passa de l’eau sur le visage, enfila son armure, attacha sa dague à sa ceinture et pris son sac. En descendant les escaliers, le prêtre vérifia encore une fois que les « tomes » et « l’objet » étaient bien là.

L’humain pris son petit déjeuner à une table de l’auberge, régla la note et se dirigea vers les écuries. Il monta sur Snow, son faucon-pérégrin blanc, direction Rempart de nuit, le bastion de l’Arcanum Sanctus.
Haut
 Profil Envoyer un message privé  
 
 Sujet du message: Re: Rayàn Sidiel : BG
MessageMessage posté...: Dim 6 Sep 2015 16:53 
Avatar de l’utilisateur

Allié
Inscription: Lun 29 Déc 2014 22:12
Messages: 283
Hors ligne

Plusieurs mois c’étaient écoulés depuis les évènements du Temple noir. Le Traitre était tombé mais de nombreux problèmes persistaient dans les différentes régions de l’Outreterre.
Rayàn avait été promu Chevalier pour son « extraordinaire bravoure et détermination au combat ». Peu d’humains avaient déjà affronté un abyssal, le nombre touchait le néant quand il s’agissait d’un démon de plusieurs dizaines de mètres.

Le jeune prêtre avait été, avec les survivants de son unité, affecté dans les Tranchantes. Le clan Flèchelame continuait de sévir dans la région malgré la chute du puissant Grull.
Les premiers jours se passèrent sans difficulté, l’équipe de Rayàn réalisant le plus souvent des missions de sabotage pour affaiblir encore et encore l’ennemi.
C’est pourtant lors d’une simple patrouille que l’unité fut attaquée. Une vingtaine d’ogres attaqua le groupe de l’Alliance. En total infériorité numérique, deux membres furent tués et les cinq autres emprisonnés.

I/ Le désespoir

Extrait du rapport de Rayàn :

Jour 1 : Les ogres nous jetèrent inconscients dans des cellules respectives. Je pouvais simplement entendre et discuter avec Tim qui se trouvait 5 mètres plus loin. Brick, Adaam et Rov n’étaient pas avec nous.
Le premier jour fut plutôt calme, les gardes vinrent nous rouer de coups de fouet que six fois. Nous n’avions pas de nourriture et seulement un petit récipient percé pour boire. Le temps que les ogres nous apporte le verre la moitié de son contenu était tombé au sol.

Avec Tim nous n’avons trouvé aucun moyen pour s’échapper, les clés des cellules étaient portées autour du cou du geôlier en chef. Impossible de s’en saisir même quand lui et les gardes venaient nous fracasser.

Jour 2 : Toujours sans nouvelle des autres membres de l’équipe, la faim commençait à se faire vraiment sentir. Les cellules étaient d’une puanteur sans nom, nous étions totalement dans l’obscurité, la seule source de Lumière étant une petite torche se trouvant à l’entrée des cachots.

Les ogres étaient en forme, ils sont venus nous mettre dessus huit fois.

Jour 3 : Toujours sans nouvelle des autres membres. En début d’après-midi (selon la position du soleil quand je suis sorti), les ogres sont venus nous chercher. Enchainés, nous avons été amenés vers une arène.
Ils nous ont donné un sabre rouillé, un couvercle de tonneau et une dague cassée puis nous avons été poussé dans l’enclos.
Avec Tim, on a combattu comme ça, deux sangliers dopés aux énergies démoniaques, un lézard du néant ou quelque chose dans le genre et un gladiateur ogre en armure lourde. Ma magie divine s’est relevé assez pratique vu les armes à notre disposition. Tim étant agile, nous nous en sommes sortis avec seulement des plaies et des hématomes.

Jour 4 : La journée la plus longue de ma vie, on gisait dans nos cellules, affamés, exténués et assoiffés. Les ogres sont venus s'amuser en nous jetant de l'acide de je ne sais quelle bestiole.

Jour 5 : Les ogres sont revenus nous chercher pour combattre dans leurs arènes. Nous avons eu des armes en état similaire aux précédentes, cependant nous n’avons pas affronté la faune locale ou des ogres, mais Brick et Adaam…

« Rayàn et Tim pénètrent dans l’arène ensemble, les deux humains étaient maigres et fatigués. Leur visage laissait transparaitre une expression de mort et de désespoir. Le soleil éblouissait totalement les deux camarades habitués à l’obscurité de leur cellule. Ils mirent quelques secondes avant de pouvoir voir clair et de discerner leurs adversaires du jour.
Le regard de Rayàn tomba sur Brick et Adaam qui étaient dans un état similaire au sien. Le jeune prêtre fut d’abord heureux de voir qu’ils étaient encore en vie avant de rapidement comprendre que Tim et lui allait devoir les affronter dans un combat à mort.

La foule applaudissait les gladiateurs alors que les anciens alliés se regardaient dans les yeux, entre tristesse et détermination. Aucun d’eux ne voulait crever ici devant ces obèses et abrutis d’ogres qui s’empiffraient en les regardant mourir.
Brick, le plus haut gradé de l’équipe regarda les deux soldats qui étaient autrefois sous ses ordres et leur adressèrent un hochement de tête. Rayàn et Tim se regardèrent puis baissèrent les yeux ensemble avant que le prêtre ne lance un rapide : « Prêt ? ».

Tim hocha la tête et se jeta sur Adaam qui était équipé de deux épées brisées. Rayàn plaça une barrière sur son compagnon avant de commencer à incanter un châtiment. Adaam para le premier coup d’épée de Tim et riposta de sa seconde main. Le coup alla s’écraser sur la paroi lumineuse. Tim saisit alors l’occasion pour infliger un coup de bouclier au niveau du torse d’Adaam qui recula de plusieurs mètres.

Brick pendant ce temps-là chargea Rayàn, son longue épée rouillée en main. Le prêtre interrompit son incantation et roula sur le côté pour esquiver le coup de son ancien chef. Il chargea rapidement dans sa paume de la magie divine. Une flamme sacrée s’abattit sur Brick dans un puissant fracas. Celui –ci cria de douleur mais poursuivit sa course effrénée en direction du prêtre.

Brick frappa le plus rapidement possible son ancien subordonné mais chaque coup était arrêté par une barrière lumineuse. Rayàn se concentrait et anticipait au mieux chaque possible attaque de son assaillant mais alors qu’il venait de stopper le dernier coup d’estramaçon de Brick, ce dernier lui asséna un rapide coup de pied qui le fit tomber à la renverse.
Tim et Adaam était au corps à corps, chaque trou étant paré par l’autre et aucun d’entre ne trouvant la faille de l’autre. Le bouclier en bois de Tim commençait à céder sous les attaques. Il fut bien rapidement qu’un vulgaire outil ralentissant son porteur.

Sur un rapide volteface il réussit à se débarrasser de la targe et à l’envoyer sur Adaam pour le déstabiliser. Tim profita de cette diversion pour transpercer de son épée son ancien camarade.
Rayàn tomba au sol soulevant de la poussière dans sa chute. Il leva les yeux et vit Brick, son épée prête à l’exécuter. Le prêtre donna alors de toutes ses forces un coup du talon dans le genou de son chef qui se brisa instantanément. Ce dernier hurla mais avant même qu’il ne soit déstabilisé, trois puissants projectiles lumineux vinrent s’abattre sur lui. Le cadavre de Brick tomba au sol, encore fumant : « Je suis.. désolé.. ».

Jour 6 : Ni Tim ni moi ne prononcèrent un seul mot ce jour-là. La honte et le désespoir nous envahissaient. Même le tabassage quotidien des ogres ne vint pas stopper ce terrible et long silence qui était présent dans les cachots.

Jour 7 : Les ogres enflamment maintenant le fouet avant de s'amuser avec nous. Nous avons eu le droit à de la nourriture et une bonne ration d’eau le soir. J’avais trop faim pour penser à autre chose, mais je me doutais que ce repas allait amener quelque chose de beaucoup plus sombre.

Jour 8 : Les ogres étaient encore venus nous chercher pour nous amener dans l’arène. Tim et moi avions été séparés à la sortie de nos cellules. Je pensais que nous allions combattre chacun de notre côté.. si seulement ça avait été le cas…

« Rayàn s’équipa de sa dague rouillée comme à son habitude, il ne l’avait que rarement utilisé au cours de cette semaine, mais elle semblait le rassurer. Comme une vieille alliée sur qui on peut compter même dans les pires moments.
L’humain ne savait pas ce qu’il allait l’attendre. Il se demandait encore quelques genres de bêtes ou quel fils de pute d’ogre il allait encore devoir abattre. Au fond de lui, les arènes et les combats sanglants empêchaient Rayàn de sombrer dans la folie, c’était un jeu, un jeu morbide où on mise la chose que l'on a, sa misérable vie. Elle lui donnait un espoir, un défouloir contre ces horribles humanoïdes gros et boursoufflés qu’il voulait égorger. Il prenait presque un plaisir malsain à retarder leur exécution, comme s’il voulait marquer les esprits de tous les spectateurs, comme un message destiné à chacun d’eux, adultes comme enfants.
Rayàn s’avança dans l’arène, les mêmes sensations le parcourant, l’hilarité de la foule, la chaleur du soleil, l’aridité du sol, le stress, l’excitation, la peur..

Il habitua ses yeux à la lumière et discerna légèrement un humain, peut être Rov ? ou un autre prisonnier… « Non.. Tim.. ».
Les deux amis se regardèrent, sans bouger, pendant un temps qui semblait infini. Au fond d’eux, ils savaient que ce moment allait arriver, mais aucun d’eux n’avait jamais voulu aborder le sujet.
Rayàn fut le premier à bouger, il jeta sa dague au sol et tomba à genou, attendant son exécution. Il ne pouvait pas combattre, il ne voulait pas le combattre :

- "Qu’est-ce que tu fous putain ? relève toi et bat toi ! ", balança Tim.
- Inutile, je ne donnerai pas le spectacle de ma mort à ces crevards. Je n’en peux plus, je n’ai plus la force de continuer. L’Alliance nous a laissé tomber, tout le monde nous a oublié.
- On savait tous les deux que cela arriverait un jour. Je ne veux pas que l’on se batte, mais nous n’avons pas le choix Rayàn ! ils nous tueront tous les deux si nous le faisons pas. Il n’a pas de meilleur façon pour déterminer qui doit vivre, battons-nous, pour que l’un d’entre nous vivent pour tous les autres qui sont morts ici.
- Je .. ne peux pas Tim..
- Tu es un lâche Rayàn, comme ton père que tu décriais tant. Un lâche qui n’a pas la force de combattre. Relève-toi et fais le pour Brick, Adaam et les autres ! Que le meilleur survive et qu’il se venge entre notre nom à tous. DEBOUT LACHE !
Tim leva son épée à une main et chargea Rayàn. Par réflexe le prêtre para le premier coup horizontal par une barrière lumineuse. Tim continua frapper encore et encore, Rayàn s’accroupit sous la force des coups contre son bouclier magique. Le mot de pouvoir disparu et Tim asséna un puissant coup de genou dans le visage du jeune humain qui s’effondra au sol.

Rayàn à terre, attrapa sa dague et la planta dans le pied de son ami. Un cri de douleur suivit d’un tonnerre d’applaudissement et d’acclamations résonnèrent dans toute l’arène. Tim arracha la dague et l’envoya sur le prêtre qui venait de se relever. Elle pénétra profondément la chair de la cuisse de ce dernier. Le guerrier s’avança alors pour frapper et achever son ami, quand le jeune Sidiel poussa un cri psychique. Le visage de Tim se figea, il semblait horrifié et recula lâchant son arme et trébuchant : « Non .. non arrêtez ! Nooon ! »

Rayàn à genou, mit quelques secondes à comprendre ce qu’il venait de se réaliser. Il regarda son ami, qui fuyait, rampant à terre. Le prêtre avança et se jeta auprès de lui tentant de le raisonner. Le guerrier repris ses esprits et s’enragea, il attrapa Rayàn par le cou et commença à l’étrangler de toutes ses forces. Celui-ci avait beau se débattre, l’étreinte ne pouvait pas se desserrer. Alors qu’il allait manquer de souffle, Rayàn chargea d’énergie lumineuse ses paumes et envoya tel un éclair un puissant projectile qui s’abattu sur Tim.

La foule exulta et applaudit le prêtre qui resta immobile sur le corps de son ami. Les bras de Tim tombèrent sur le sol : « N’abandonne.. pas.. pour.. nous .. vit Ray... ». Plusieurs minutes passèrent, Rayàn restant immobile regardant le cadavre. Ce sont les geôliers ogres qui durent séparer le prêtre du corps de son camarade. On raconte qu’il fallut une dizaine de gardes pour le maitriser.

Jour 9 : Je ne me nourrissais plus, ne buvais plus, j’avais perdu l’envie de vivre et de me battre. Les dernières paroles de Tim me hantèrent et me hantent toujours. Comment vivre pour eux ? Comment avoir une vie digne en leur nom ?

Jour X : Cette nuit-là, le geôlier vint me tabasser seul. Un humain rachitique et faible, comment pouvait-il se défendre ainsi ? Le rythme des coups de fouet était toujours régulier : un fort, un moins fort, un faible et un fort. C’est sûr, ce connard ne s’attendait pas à ça.

« Rayàn était retourné, les deux mains contre le mur, recevant les coups qui tailladaient sa peau comme chaque jour. L'ogre n'avait pas enflammé le fouet ce jour-ci. Ray comptait.. attendait, un rythme, deux rythmes," maintenant ! ". Le prêtre se retourna et attrapa le fouet avant qu’il ne l’atteigne. Le jeune Sidiel lança un sourire vicieux à son bourreau, il attendait ce moment depuis si longtemps. L’humain enroula le fouet autour de son bras et sorti de la poche de son pantalon un petit os. Le dernier cadeau de Tim : l’outil pouvant le délivrer. Rayàn sauta de toute ses forces sur l’ogre et planta de son bras libre la gorge de l’ogre une fois, deux fois, trois fois, dix fois. Le sang giclait de partout. L’humain arracha la trachée du géolier, la passa autour du cou de l’ogre et l’étouffa avec son propre organe. Il s’appuya sur les barreaux de la cellule avec ses pieds pour renforcer son étreinte
.
Rayàn pris les clés et ouvrit une à une chaque cellule. De nombreuses races se trouvaient dans ces cachots, chacune d’entre elles allaient se battre pour la liberté. Mais alors qu’il ouvrait la dernière cellule, aucune agitation aucun mouvement, rien ne se passa. Le prisonnier restait assis, les jambes croisés fixant Rayàn de ses yeux verts. L’elfe de sang observa un instant l’humain recouvert de sang et décida à se lever tout tranquillement :

- Merci humain, les cafards et les rats sont d’une piètre compagnie.. et je ne parle pas du lit..
- Heu.. de rien, je suppose, balança Rayàn tout en commençant à courir vers la sortie des cachots.
- Tu ferais mieux de ne pas te précipiter petit. Les pions doivent toujours se sacrifier pour préparer le terrain des fous.
- J’ai une vengeance a prendre, on parlera des échecs une autrefois j’en ai bien peur.
- Comment te nommes tu humain ? *questionna l’elfe en souriant.*
- Rayàn Sidiel, et toi ?
- Darnarian.
- Bien, bonne chance dans ce cas * lança l’humain commençant à monter les escaliers*
- Je te dois la liberté humain, je n’oublie pas les personnes qui m’ont aidé sache le. Si un jour, tu cherches quelque chose de plus grand, cherche-moi.

Rayàn sorti alors des cachots sans vraiment comprendre ce que l'elfe avait voulu dire. Il combattu toute la nuit pour obtenir la liberté. Le jour suivant, il fut ramassé par une patrouille de l’Alliance et rapatrié en urgence à Hurlevent. Il reçu une promotion, le grade de "Chevalier-champion". Le lendemain il quitta l’armée.
Haut
 Profil Envoyer un message privé  
 
 Sujet du message: Re: Rayàn Sidiel : BG
MessageMessage posté...: Dim 6 Sep 2015 17:03 
Avatar de l’utilisateur

Allié
Inscription: Lun 29 Déc 2014 22:12
Messages: 283
Hors ligne

II/ De la gloire

Trois ans c’était déjà écoulé depuis le retour de Rayàn en Azeroth. Les mauvaises fréquentations, sa dette aux jeux l’ont tout droit poussé vers le monde spectaculaire et meurtrier des arènes.
Avec Aleaan, son ami elfe de la nuit, ils représentaient la jeune génération des gladiateurs de renom. Adulés, riches et spectaculaires par leur style de combat, l’association d’un assassin et d’un utilisateur de Lumière, les deux gladiateurs remplissaient les arènes à chacun de leur match.

Cette renommée attira le Baron, un puissant chef de Cartel sévissant dans les Royaumes de l’Est. Il voyait dans les deux combattants un moyen rapide et facile de se faire énormément d’argent. L'association rapporta aux deux parties pendant quelques semaines. Mais le Baron en voulait plus. En pariant sur une défaite de Ray et Aleaan, le Baron compris qu’il pourrait se faire un gigantesque pactole en un seul match. Le chef de Cartel proposa au duo de truquer leur prochain match, ils perdaient volontairement et récoltaient une partie de la mise, de nombreux biens et des avantages de grandes valeurs.

« Rayàn et Aleaan étaient dans la pièce de préparation. S’échauffant, se concentrant. Toutes leurs armes s’y trouvaient, soigneusement préparées. De la nourriture, de l’eau tout y était.
Un premier son grave retenti, le combat allait bientôt commencer. Aleaan pris comme avant chaque match, une pomme, il croqua deux fois dedans et la jeta au sol dès que les portes s’ouvrirent.

Rayàn s’avanca calmement, l’arène de Nagrand s’étendant devant lui. La foule acclamait les deux gladiateurs. L’humain leva les deux en mains en l’air pour saluer les spectateurs et le stade se mit à gronder. L’ambiance était infernale.
Ray et Aleaan restèrent derrière un des quatre poteaux, ils jetèrent ensemble un coup d’œil et virent disparaitre un réprouvé armé de deux dagues dans les ombres et un troll en robe renforcée.
Le duo se jeta un rapide regard et l’elfe hocha la tête. Il saisit ses deux lames et disparu à son tour. Plusieurs secondes passèrent sans que rien ne se passe, quand tout à coup deux dagues s’entrechoquèrent. Les deux assassins venaient de se croiser.

Rayàn plaça rapidement un bouclier sur son partenaire et commença à incanter un châtiment sur le réprouvé. Le troll mage apparu alors et lança un contresort. Aleaan entre deux coups de dagues asséna un coup de pied à son adversaire direct pour le repousser. Il lança ensuite une bombe de fumée pour passer dans les ombres. L’assassin en profita alors pour faire un coup bas au mort vivant. Entre deux combos il réussit à aveugler avec de la terre le mage.

Rayàn plaça une plume angélique pour augmenter sa vitesse et courut en direction du troll. L’humain manipula ensuite l’esprit du lanceur de sort pour le faire fuir d’un cri psychique.
Le prêtre allait commencer l’incantation d’une flamme sacrée quand il remarqua la posture d’Aleaan. Ses mouvements étaient lents et imprécis. L’elfe semblait pâle et fatigué mais ne semblait pourtant pas blessé.
Rayàn se concentra alors sur l’esprit de son ami puis fit le venir jusqu’à lui d’un saut de foi :

- Qu’est ce que tu as bordel ?
- Ca va.. !
- Te fous pas de moi Aleaan, tu es malade ou quoi ?
- Je .. ne sais pas, j’ai été empoi..

Le réprouvé surgit de nulle part perfora de ses deux dagues le dos d’Aleaan. Il les retira ensuite d’un vif mouvement pour égorger l’elfe avant qu’il ne puisse faire quelque chose.
Rayàn ne réagit pas tout de suite, l’action avait été si soudaine et rapide. C’est le bruit du corps de son ami heurtant le sol qui le fit ramener à la réalité. L’humain chargea une infusion de puissance, il leva les deux mains en l’air et fit s’abattra une flamme sacrée sur l’assassin qui venait de tuer son ami.

Le réprouvé se jeta sur lui et tenta de taillader le jeune humain. Rayàn recula à chaque coup mais parvint à maintenir un bouclier pour absorber les attaques. Le troll réapparu et invoqua une pluie de comètes sur la position du prêtre.
Juste à temps, l’ancien soldat créa un mot de pouvoir : barrière. Il lança un sort de silence sur troll tout en attrapant sa dague. Alors que le rogue s’acharnait à pénétrer le bouclier de Rayàn, celui-ci le repoussa d’un coup de poing contre le dôme lumineux qui était encore présent.

Le réprouvé hurla au contact de la Lumière, l’humain en profita d’un rapide coup de dague pour couper la main droite du mort vivant. Le prêtre attrapa ensuite l’autre bras encore valide de l’assassin et le brûla en le soignant. Des terribles hurlements résonnaient dans toute l’arène, la paroi lumineuse commençant à brûler le dos du mort.
Rayàn relâcha alors le bras qu’il soignait, et mis sa main sur la tête du réprouvé. La paume de l’humain devint une pure lumière. Mais au moment où le réprouvé allait demander de l’aide, le prêtre referma son poing et broya le crane du réprouvé affaiblit par la magie divine.

La foule se leva et exulta. L’arène était bouillante, un chaudron humain. Ray se tenait devant le cadavre fumant du réprouvé. Le dôme lumineux avait disparu. Le gladiateur se tourna vers la flaque dans laquelle gisait Alean et jeta un regard morbide au troll qui lui faisait face.

La mort, la peine, le désespoir, la tristesse, pour le prêtre plus rien ne comptait à part faire souffrir tous les enfoirés qui avaient un lien avec la mort de son ami : « Le faire souffrir, les faire souffrir autant que je souffre ». Les mains de Rayàn perdirent leur teinte lumineuse et devinrent petit à petit beaucoup plus sombre.
« Les tuer, tous, les torturer, tous ». Le corps de Ray s’enveloppa dans l’ombre, il embrassait des pouvoirs dangereux pour la première fois, mais peu importe les conséquences, la seule chose qu’il souhaitait était la vengeance. L’humain regarda ses mains ténébreuses et froides, son corps était devenu une ombre, le pouvoir parcourait ses sens, son être. Des nouveaux sorts, des nouvelles possibilités, des capacités destructrices et meurtrières.

Ray plaça une plume angélique sous ses pieds et fonça sur le troll en un éclair. Son adversaire lui jeta une série de javelots de glace. Il esquiva rapidement les premiers mais le dernier vint se loger dans son épaule. L’humain fut déséquilibré et tomba au sol. Le troll invoqua une série de comètes pour l’achever. Le sort frappa Ray qui fut transpercé de toutes parts par les projectiles. Le corps du prêtre tomba au sol dans un silence de mort. La foule restait silencieuse bouche bée. Le gladiateur vainqueur relâcha sa défense et sa barrière de glace, alors qu’il s’avançait vers le corps de l’humain, celui-ci disparu et Ray apparu dans le dos du troll, dague à la main, du sang coulant du javelot qui avait transpercé sa chair. Les spectateurs crièrent, mais trop tard pour sa future victime puisse faire quelque chose.

Le prêtre incanta un silence mental et immobilisa son adversaire dans son ombre en matérialisant dans son esprit des vrilles lui liant les pieds. Le troll ne put se transférer. Ray attrapa sa dague et de deux rapides coups, il creva les yeux du gladiateur. Le cri de douleur de l’aveugle couvrit celui de la réaction de la foule. Le troll tomba à genou plaçant ses mains sur ses yeux ensanglantés.

L’ombre apposa sa main sur la tête du blessé. Ray manipula l’esprit du troll pour exacerber et éveiller tous ses sens. Le prêtre murmura au même moment un simple mot : « Douleur ». Instantanément le mage de givre hurla jusqu’à s’égosiller. La foule qui applaudissait, criait et riait, s’arrêta et devint silencieuse et mal à l’aise.
« Ils veulent du spectacle, je vais leur en donner ». Rayàn plaça bien droit le troll et se plaça dans son dos. Il saisit fermement sa dague et ouvrit d’un trait tout le dos de l’aveugle qui ne pouvait ni bouger, ni incanter ».
Aux cris du troll se mêlaient maintenant celui de certaines voix féminines du public. Ray ouvrit de ses deux mains les côtes de sa victime dans deux craquements sourds. Les agents de sécurité de l’arène se mobilisèrent pour commencer à évacuer les spectateurs choqués par l’acte de torture.

Le prêtre attrapa ensuite fermement les deux poumons du troll dans ses deux mains et les posa d’un vif mouvement sur les côtes. Le mage s’étouffa dans sa douleur et ses cris. Une grande partie de la foule était déjà partie. Ray regarda froidement son œuvre puis tourna son regard vers les gradins. Il tomba sur le Baron encore assis et passablement énervé. Le chef de la pègre était entouré du Molosse et de Rose, tous les deux bras croisés, dévisageant l’humain. Le Baron parla en direction de Rose qui hocha la tête et se dirigea vers la sortie.
Le prêtre relâcha son emprise sur le troll qui s’affala dans son sang et la poussière, mort. L’ombre disparue peu à peu. Les cadavres et Ray furent alors téléportés. L’humain atterri recouvert de sang dans sa loge. Il avait le regard vide, encore choqué de tout ce qu’il venait de se passer.

Ray vacilla un peu et se rattrapa sur la table ou était disposé des fruits et du vin. Il retira son javelot en lâchant un juron et referma doucement la plaie en plaçant avec sa main un soin. Rayàn se passa de l’eau sur le visage, se lava rapidement les mains puis il prit un sac qui remplit rapidement avec ce qu’il avait sous la main. L’humain quitta ensuite sa loge et devint introuvable pendant 3 ans.
Haut
 Profil Envoyer un message privé  
 
Afficher les messages postés depuis:  Trier par  
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 3 messages ] 

Heures au format UTC [ Heure d’été ]


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 2 invités


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas éditer vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages
Vous ne pouvez pas joindre des fichiers

Aller à:  
cron

World of Warcraft phpBB template "WoWMoonclaw" created in 2005 by Maëvah (ex-Moonclaw) - wowcr.net : World of Warcraft styles & videos
© World of Warcraft and Blizzard Entertainment are trademarks or registered trademarks of Blizzard Entertainment, Inc. in the U.S. and/or other countries. wowcr.net is in no way associated with Blizzard Entertainment.

Traduction par: phpBB-fr.com